Tranche de Chine, en vrac

Baaahh la Chine, baaaaaaahhh les Chinois :

La pollution des villes et même des campagnes ; atmosphérique bien sûr avec des milliards de tonnes de charbon brûlées chaque jour pour chauffer motoriser les Chinois et alimenter leur industrie qui nous fournit à bon marché. Difficile de voir le soleil à Chengdu, il fait toujours . . . → Read More: Tranche de Chine, en vrac

Qu’allaient-ils faire dans cette galère ?

10 mars. Nous quittons Kashgar, en selle pour atteindre la frontière kirghize. Nous savons que la route sera de bonne qualité et le relief peu tourmenté. C’est sans compter sur les aléas du voyage et de la météo.

A Kashgar, la température est douce, le climat déjà printanier. La première journée de vélo . . . → Read More: Qu’allaient-ils faire dans cette galère ?

Trilogie en Kashgarie, partie 3

A nous les grands espaces.

8 mars. Ca y est, c’est aujourd’hui qu’on fout le camp … pourtant, il fait bleu se matin, après une semaine de grisaille … et les Roulemaloute nous l’ont bien dit : “Le truc con, serait de quitter Kashgar sans aller voir le lac Karakol … Non, ce . . . → Read More: Trilogie en Kashgarie, partie 3

Trilogie en Kashgarie, partie 2

Rhouch, rhouch ! Laissez passer, laissez passer !

6 mars. 11 heures. Nous suivons le flot des charrettes, des tracteurs, des attelages aux remorques chargées de bêtes. Tous convergent vers un capharnaüm grouillant : le marché aux bestiaux de Kashgar. Chaque dimanche s’y retrouvent tous les paysans et négociants de la région venus . . . → Read More: Trilogie en Kashgarie, partie 2

Trilogie en Kashgarie, partie 1

Nous voilà arrivé dans cette région mythique pour le cyclotouriste. Kashgar, installée entre les massifs des Tian Shan et des Pamir, sise au bord du Taklamakan, immense désert terriblement inhospitalier. Kashgar, cité millénaire à la croisée des routes de la Soie. Ici, les cyclo se retrouvent, venant d’est ou d’ouest, parfois du sud, souvent . . . → Read More: Trilogie en Kashgarie, partie 1

Melting-pot givré

Un mélange saisissant.

26 février. Urümqi, Urumchi, Wulumuchi, Wulumuqi, Wushi ou comme il vous plaira. Nous descendons du train en provenance de Chengdu, avec, dans nos bagages, tout un univers : les faciès ronds au yeux bridés, pour chapeaux, des casquettes communistes, une langue omniprésente et inaccessible aux idéogrammes indéchiffrables, les temples multicolores, . . . → Read More: Melting-pot givré

Il faut attendre …

Allez chercher une tasse de café, coupez la radio, installez vous confortablement dans votre fauteuil, le train va partir.

19h00 pétantes ! Le train s’ébranle avec la ponctualité d’une horloge suisse. Destination : Urumqi à 3026 km de Chengdu notre point de départ, ce qui signifie 50 heures de trajet ininterrompues ; nous allons . . . → Read More: Il faut attendre …

Va donc, eh, patate !

Ahh, la Chine, ses routes, ses chantiers, ses camions, ses chauffards. Dans cette circulation d’engins crachant leur épais nuage noir, comment ne pas vous parler de la circulation et des méthodes de conduites chinoises? Il faut les voir doubler dans n’importe quelle situation : virages, côtes, rétrécissements, qu’il y ait quelqu’un en face ou . . . → Read More: Va donc, eh, patate !

Tien-tien et Manou au Sichuan

10 février. Luding. Nous voici donc en selle. Le temps est maussade et ce début de vallée qui doit nous donner accès au Sichuan tibétain n’est vraiment pas très plaisant. Si l’article précédent vous a dépeint un tableau peu reluisant de notre passage ici, il convient de vous livrer les quelques trésors que nous . . . → Read More: Tien-tien et Manou au Sichuan

Dans le pire du milieu

“Vos photos, elles font voyager …”. On ne se lance pas des fleurs, c’est vous qui le dites, enfin vous êtes nombreux à nous complimenter et c’est vrai qu’on les aime bien nos photos. Mais vous imaginez bien qu’on ne va pas vous montrer toutes les horreurs que l’on croise, et pourtant, ça ne . . . → Read More: Dans le pire du milieu

A sample text widget

Etiam pulvinar consectetur dolor sed malesuada. Ut convallis euismod dolor nec pretium. Nunc ut tristique massa.

Nam sodales mi vitae dolor ullamcorper et vulputate enim accumsan. Morbi orci magna, tincidunt vitae molestie nec, molestie at mi. Nulla nulla lorem, suscipit in posuere in, interdum non magna.